Cette petite région du département de la Marne, les marais de Saint-Gond, représente un microcosme unique et précieux qui s’est formé il y a 10 000 ans et que l’exploitation de la tourbe a modifié dans la partie occidentale. Elle se situe au pied du relief de la côte d’Île-de-France dont le coteau, en rive nord, offre une exposition parfaite pour la culture de la vigne. On peut le parcourir par des sentiers pédestres sur certaines communes (Talus-Saint-Prix, Courjeonnet, Vert-Toulon, Villevenard). Au cœur le marais représente un espace remarquable par sa faune et sa flore que l’on peut approcher par le sentier de découverte de Reuves. Il est traversé d’est en ouest par le cours du Petit-Morin aujourd’hui canalisé. La rive sud, plus basse s’ouvre sur la plaine champenoise drainée par des affluents de l’Aube et le Mont-Août offre le meilleur point de vue sur ces paysages.

Cette région a offert aux populations du Néolithique (5500-2500 av. J.-C.) puis aux civilisations postérieures un lieu privilégié de séjour. Les cultures préhistoriques ont laissé de nombreux témoignages de leurs installations (allée couverte de Bannay, hypogées de Coizard, Vert-Toulon ou Villevenard, menhir de Congy). Un projet de protection et de mise en valeur va concerner les hypogées et la minière de Vert-Toulon tout en créant une liaison avec le musée d’Epernay.

Les villages se concentrent autour de leurs églises qui pour la plupart remontent à l’époque romane et sont quelquefois ornées de fresques (Coizard, Corfélix, Vert-la-Gravelle, Villevenard). On signalera que c’est à Talus-Saint-Prix que l’on trouve la plus ancienne église de la Marne. Le château de Baye offre encore deux tours d’architecture médiévale.

Enfin, on doit mentionner que c’est sur les marais de Saint-Gond que l’on peut porter un regard sur la campagne de France de 1814 (Champaubert, Talus-Saint-Prix et prolonger sa visite jusqu’à Vauchamps et Montmirail) et c’est aussi là que l’avance de l’armée allemande a été arrêtée en septembre 1914. Le mémorial de Mondement en rappelle l’importance historique. Aujourd’hui, loin du son du canon, cette petite région du département de la Marne offre un espace idéal au tourisme vert.

La Réserve naturelle régionale du marais de Reuves est située au coeur des marais de Saint-Gond, vaste zone de tourbières alcalines.

La richesse et l’intérêt écologique de ces marais sont reconnus à l’échelle européenne avec la désignation du site Natura 2000 des “Marais de Saint-Gond”.

La typicité du marais de Reuves résulte très certainement des conditions physiques et biologiques très particulières qui ont entouré sa formation.
Sa situation en fond de vallon, ajoutée à l’alternance de périodes glaciaires et de dégels, ont contribué à la mise en place des mosaïques de structures et d’habitats naturels que l’on rencontre aujourd’hui.
Les milieux naturels, tels que nous les connaissons actuellement, ont été façonnés par la main de l’Homme.

Les Marais de Saint-Gond ont un rôle essentiel dans le fonctionnement et l’équilibre biologique des milieux qui les entourent.
En tant que marais, ils agissent comme des éponges : ils concentrent l’eau en période humide et la restitue en période sèche.
Ils jouent aussi un rôle dans l’épuration de l’eau, et en tant que zone d’alimentation, de refuge et de corridor écologique pour la faune environnante.
Ces marais sont fortement dépendants de la nature et de la qualité des écosystèmes qui les entourent.

La RNR du marais de Reuves participe à son échelle au fonctionnement global des marais de Saint-Gond et dépend étroitement de la qualité et de l’évolution du reste des marais.

Pour en savoir plus cliquez ici !